Chapitre 4

La vie de Jésus révèle l’amour de Dieu

Le plan de salut de Dieu vise tout le monde

Tous sont pécheurs. Personne ne peut mériter le salut, quels que soient ses efforts pour viser la sainteté. Heureusement que le plan de salut s’étend à tous.

« Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils, son unique, pour que tous ceux qui mettent leur confiance en lui échappent à la perdition et qu’ils aient la vie éternelle.  » (Jean 3:16)

Jésus a montré à tous que Dieu aime tout le monde

Les fréquentations de Jésus étaient loin de faire plaisir aux pharisiens. Des pécheurs et des gens du peuple devenaient ses amis. Des collecteurs d’impôts – les personnes les plus haïes de l’époque – devinrent ses disciples. Jésus aimait tout le monde et voulait parler à tous de la miséricorde de Dieu. Mais ses relations lui attirèrent des critiques acerbes.

« En voyant cela, les pharisiens interpellèrent ses disciples : Comment votre maître peut-il s’attabler de la sorte avec des collecteurs d’impôts et des pécheurs notoires ? Mais Jésus, qui les avait entendus, leur dit :
Les bien-portants n’ont pas besoin de médecin ; ce sont les malades qui en ont besoin. Allez donc apprendre quel est le sens de cette parole : Je désire que vous soyez bons plutôt que vous m’offriez des sacrifices. Car je ne suis pas venu appeler des justes, mais des pécheurs. » (Matthieu 9 : 11-13)

Jésus a montré on ne peut plus clairement que l’amour et la miséricorde de Dieu s’étendent à chacun.

« Tout à coup, tes interprètes de la Loi et les pharisiens traînèrent devant lui une femme qui avait été surprise en train de tromper son mari. Ils la firent avancer dans la foule et la placèrent bien en vue, devant Jésus.
Maître, lui dirent-ils, cette femme a commis un adultère ; elle a été prise sur le fait. Or, dans la Loi, Moïse nous a ordonné de lapider les femmes de ce genre. Toi, quel est ton jugement sur ce cas ? … Mais Jésus se baissa et se mit à écrire du doigt sur le sol. Eux, ils insistaient, répétant leur question. Alors il se releva et leur dit :
16
Que celui d’entre vous qui n’a jamais péché lui jette la première
pierre !
… Après avoir entendu ces paroles, ils s’esquivèrent l’un après
l’autre, à commencer par les plus âgés, laissant finalement Jésus
seul avec la femme, qui était restée au milieu de la cour du Temple.
Alors Jésus leva la tête et lui dit :
Eh bien, où sont donc passés tes accusateurs ? Personne ne t’a
condamnée ?
Personne, Seigneur, lui répondit-elle.
Alors Jésus reprit :
Je ne te condamne pas non plus. Va, mais désormais, ne pèche plus.  »
(Jean 8: 3-5+7 + 9-11).

On laissa la femme avec Jésus. Jésus était le seul à ne jamais avoir péché. Il était donc aussi le seul à avoir autorité pour la condamner à mort. Au lieu de cela, il lui accorda son pardon. Les pharisiens ne voyaient le péché que pour condamner le pécheur. Jésus le voit aussi, mais il veut pardonner.

Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*