Les 2 natures du Christ

al8015_1Croix.jpg

La Bible nous révèle que Jésus est vrai Dieu quand
• elle l’appelle Dieu (Hé 1.8 ; 1Jn 5.20),
• elle lui attribue des qualités divines :

  l’éternité (Hé 13.8) ;

  la toute-puissance (Mt 28.18) ;

  l’omniscience (Jn 21.17) ;

  l’omniprésence (Mt 28.20) ;
• elle lui attribue des œuvres divine :

  la création et la préservation du monde (Jn 1.3 ; Hé 1.3) ;

  le pouvoir de pardonner en son nom propre (Mt 9.6) ;

  le Jugement Dernier (Jn 5.27) 😉
• elle lui confère des honneurs divins :

  l’adoration (Jn 5.23 ; Ph 2.9 ; Hé 1.6).
Mais la Bible dit aussi que Jésus est vrai homme.
• Il est appelé homme (Jn 8.40 ; 1Tm 2.5) ;
• Il a un corps et une âme (Hé 2.14) ;
• Il a connu une vie normale :

  est né d’une femme (Mt 1.20-21 ; Lc 2.6-7 ; Ga 4.4),

  a grandi (Lc 2.42+52)

  est mort (Mt 27.50 ; Jn 19.30).
• Il avait les besoins naturels de tout homme :

  se nourrir et boire (Mc 11.12 ; Jn 23.46),

  récupérer de la fatigue (Jn 4.6)
• et a eu des émotions humaines (Lc 22.44) au point de pleurer à l’occasion (Jn 11.35).

Depuis sa conception par le Saint-Esprit en la vierge Marie (Mt 1.18-20), il est toujours à la fois Dieu et homme, même si, durant son séjour visible sur terre dans l’abaissement, il a renoncé la plupart du temps à se servir de ses pouvoirs divins et a vécu « comme un simple homme » (Ph 2.7).
Cette union sans mélange des deux natures dans la personne du Christ (Col 2.9) est évidemment un grand mystère (1 Tm 3.16). Sa nature divine s’est si intimement unie à sa nature humaine qu’il y a communion entre les deux et que sa nature humaine partage ses pouvoirs divins.
Il devait être vrai homme pour se substituer à nous devant le tribunal de Dieu (Ga 4.4-5). Il devait aussi être vrai Dieu pour que son sacrifice ait une valeur universelle et être en mesure de vaincre Satan (Mc 10.45 ; Hé 2.14).

Il y a des vérités, si nous savons en parler, c’est que nous répétons, avec humilité et confiance, ce que Dieu nous en dit dans la Bible. Nous ne pouvons pas pour autant les comprendre avec notre raison. Cela dépasse notre entendement, cela ne correspond pas aux lois de la nature qui régissent notre environnement.

Regardez les deux illustrations de cette page. Elles datent du 12ème siècle, d’un temps où la plupart des gens ne savaient pas lire, où l’ont essayait de prêcher par l’image. Ainsi, la cathédrale normande de Monreale en Sicile est couverte de mosaïques qui racontent 42 épisodes de l’Ancien et du Nouveau Testament (130 panneaux couvrant 6340 m2, plus qu’à Ravenne !). Mais au-dessus du chœur se trouve la mosaïque du Christ « Pantocrator » (= tout-puissant).

Comment le fils de Marie pouvait-il affirmer que « tout pouvoir lui était donné dans le ciel et sur la terre » (Mt 28.18) ? Parce que dans sa personne se trouvent unies sa nature divine et sa nature humaine.
Regardez la mosaïque : les deux doigts du hauts indiquent que le Christ est à la fois « vrai Dieu, né du Père de toute éternité, et vrai homme, né de la vierge Marie » (Luther, Petit Catéchisme). Quant aux trois autres, ils renvoient à la doctrine de la Trinité (Dieu en trois Personnes).Nous en avons parlé dans notre numéro 70.

Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*