L’abaissement et l’élévation du christ

al82_08_1_AgneauSacrifieeMaisVainqueur.jpg

Jésus dit : « Tout pouvoir m’a été donné dans le ciel et sur la terre » (Mt 28.20), mais aussi : « Mes forces s’en vont comme l’eau qui s’écoule » (Ps 22.15). – Alors : Jésus est-il tout-puissant ou non ?

Pierre a confessé : « Seigneur, tu sais tout » (Jn 21.17), mais Jésus a aussi reconnu qu’il « ne connaît pas le jour et l’heure » de son retour pour le Jugement (Mc 13.32). – Alors : Jésus est-il omniscient ou non ? Sait-il tout ou non ?
Autre question qui en découle : La Bible se contredit-elle ? Si oui, comment placer sa foi dans le Christ qu’elle révèle de façon apparemment si contradictoire ?

En fait, il n’y a pas de contradiction. Il faut savoir que de sa conception en la vierge Marie à sa mise au tombeau, Jésus a vécu dans l’abaissement, le renoncement. Il est venu sur terre pour satisfaire aux exigences de la Loi divine et pour expier nos péchés à notre place et pour notre salut.
Depuis sa conception par le Saint-Esprit en la vierge Marie il est à la fois vrai Dieu et vrai homme. Sa personne possède donc toutes les qualités de Dieu. Mais pour accomplir sa mission – nous sauver du péché et de la damnation éternelle – il a renoncé à se servir pleinement de la majesté divine communiquée à sa nature humaine.

C’est ce que Paul nous apprend : « Jésus-Christ qui est de condition divine, n’a pas regardé son égalité avec Dieu comme un butin à préserver, mais il s’est dépouillé lui-même en prenant une condition de serviteur, en devenant semblable aux êtres humains. Reconnu comme un simple homme, il s’est humilié lui-même en faisant preuve d’obéissance jusqu’à la mort, même la mort sur la croix. » (Ph 2.5-8)

Il a parfois usé de ses pouvoirs divins, mais jamais pour se faciliter sa mission, toujours pour venir en aide aux autres (ses miracles de guérison par exemple).

Mais une fois sa mission accomplie, il n’y avait plus aucune raison qu’il demeure dans son état d’abaissement. Avec sa descente en enfer pour y proclamer sa victoire il a inauguré son état d’élévation, il utilise à nouveau la plénitude de la majesté divine communiquée à sa nature humaine.

« C’est aussi pourquoi Dieu l’a élevé à la plus haute place et lui a donné le nom qui est au-dessus de tout nom afin qu’au nom de Jésus chacun plie le genou dans le ciel, sur la terre et sous la terre et que toute langue reconnaisse que Jésus-Christ est le Seigneur, à la gloire de Dieu le Père. (Ph 2.9-11).
Quand nous confessons notre foi avec le Symbole apostolique, le point se trouve après « il est mort ». C’est là qu’il faut faire la pause. Avec « Il est descendu aux enfers » commence une nouvelle phase, une nouvelle phrase.

Il serait grand temps que dans les paroisses on ne s’arrête pas après « il est descendu au enfers », car cela fait partie de l’élévation du Christ. Il ne s’agit pas là des souffrances infernales qu’il a endurées. Celles-là datent d’avant son « Tout est accompli ! » (Jn 19.30) comme l’expliquent les confessions de foi luthériennes dans la « Formule de Concord » (Article IX).

L’erreur de déclamation viendrait-elle du fait qu’on se représente mentalement une descente spatiale de la croix, via la tombe en enfer ? Mais l’enfer n’est pas sous nos pieds, il n’est « en bas » que par rapport au ciel de la félicité éternelle.

Le plus vieux Chant de Noël !

Une des raisons pour lesquelles la Fête de Noël dépasse les autres fêtes chrétiennes en beauté, ce sont les « noëls », les chants de Noël. Il en existe une infinité.
Ils sont innombrables, et sans doute aussi les plus connus de tous les chants chrétiens, alors que nous ne les chantons que durant quelques jours, sauf…

Eh ! oui, il en existe un que nous chantons toute l’année durant. C’est aussi le plus ancien, le premier des chants de Noël. C’est celui que les anges ont entonné dans la nuit de Bethléem, « dans les champs », lorsqu’ils apparurent aux bergers (Lc 2.8-14) :

« Gloire à Dieu
dans les lieux très hauts,
et, sur la terre, paix
parmi les hommes
en qui il prend plaisir ! »

En cette Fête de Noël, nous entonnerons aussi ce chant, le « Gloria in excelsis » de la liturgie,

1ère strophe

« GLOIRE A DIEU
DANS LES LIEUX TRES HAUTS ! »

Ce qui frappe, c’est que la première strophe du « Gloria in excelsis » parle de ce qui se passe « dans les lieux très hauts », dans la sphère de la gloire divine, alors que la seconde strophe parle des « humains sur la terre ».
Les anges font clairement comprendre, avec leur chant, à qui revient la « gloire », à qui reviennent les honneurs : non pas aux « humains sur la terre », mais « à Dieu dans les lieux très hauts ».

Bien entendu, nous ne devons pas seulement honorer Dieu, mais aussi notre prochain, l’autorité, les parents, même tout le monde sans exception. Nous n’avons le droit de priver quiconque de son honneur, de le déshonorer. Mais l’honneur des gens les plus respectables et les plus dignes d’honneurs s’évanouit quand on les compare à notre Dieu glorieux.
Qu’est-ce qui fait que la « gloria in excelsis », la « gloire » de Dieu « dans les lieux très hauts » soit infiniment supérieure, au point que la gloire des humains s’évanouit devant elle ? C’est ce que nous montrent les actes de Dieu, la façon dont il se conduit avec nous, aussi sa personne telle qu’elle se tourne vers nous.

La « gloire » n’est jamais quelque chose qui existe par elle-même. On est glorifié, honoré, par les autres lorsqu’on s’attire le respect et la reconnaissance des autres, lorsque les autres reconnaissent la valeur de ce que nous faisons, que ce soit au travail, dans l’Eglise, dans la famille, ou ailleurs.

Cette description s’applique à Dieu de façon si extraordinaire, que nous ne pouvons que l’honorer et le glorifier. La journée ne nous suffirait pas pour énumérer tout ce que nous lui devons. Alors contentons-nous de l’événement que nous fêtons aujourd’hui ; cela nous fournit amplement assez pour rendre « gloire » à notre Dieu.

Ne pensons qu’à ce que l’ange a annoncé aux « bergers dans les champs » des monts de Judée. « La Bonne Nouvelle » de l’intervention miraculeuse de Dieu à « Bethléem » a provoqué « une grande joie » (v. 10) dans les cœurs des bergers, comme dans les nôtres. Et cela nous pousse à nous joindre au chœur de « la multitude de l’armée céleste » des anges (v. 13) : « Gloire à Dieu dans les lieux très hauts », gloire et honneur à lui pour sa grâce et sa vérité !
Car c’est bien ce que le miracle de Noël nous révèle de Dieu : il est « plein de grâce et de vérité » (Jn 1.14).

« Plein de grâce ! » Lui, le Saint, qui a notre péché en horreur, n’a pas hésité à devenir homme comme nous, à se mêler à nous. Il n’a pas fait un grand détour pour nous éviter. Au contraire, il a quitté son existence heureuse dans la gloire céleste pour partager notre sort et nous en délivrer.

Là où il aurait dû sévir dans sa colère, il a fait grâce, il a passé l’éponge, il a pardonné, il est venu en aide. Alors qu’il aurait pu exercer le jugement de condamnation, « dans la ville de David » [Bethléem], il nous « est né en Sauveur, qui est le Christ, le Seigneur » (v. 11).

Pourtant, ce n’était pas facile pour lui de nous épargner, de nous faire grâce ! Sa sainteté et sa justice ne toléraient pas qu’il renonce tout simplement à punir le péché. Il ne pouvait pas mettre entre parenthèses les exigences de sa sainte Loi à notre égard. Dieu et saint, et sa sainteté ne tolère pas qu’on abolisse sa saine Loi.
Il ne pouvait donc nous faire grâce que si les exigences de sa sainte Loi à notre égard étaient remplies. Eh ! bien, quelqu’un est venu se substituer à nous et faire porter à notre crédit ce qu’il a accompli à notre place. Ce substitut, c’est Jésus. Voilà pourquoi « le Christ, le Seigneur » « nous est né » comme « Sauveur » ! Il devait parcourir le pénible chemin de la crèche à la croix…

Nous faire grâce n’a donc pas été une mince affaire pour Dieu. Pour cela il a dû « abaisser » son Fils « en forme de serviteur », l’abaisser non seulement jusque « dans une mangeoire » dans une étable (Lc 2.12), mais même « jusqu’à la mort sur la croix » (Ph 2.6-8).
« Je suis riche, il est serviteur, / Quel mystère infini ! / Sa clémence fait ma grandeur, / Tandis qu’il est petit. » (LlS 49, strophe 4) Oui, c’est là le mystère, le miracle, de la grâce de Dieu qui intervient dans notre intérêt : le Fils de Dieu s’est fait homme pour nous frayer un chemin hors de notre monde pécheur vers la « gloire dans les lieux très hauts ».
« Gloire à Dieu dans les lieux très hauts ! » Qu’il soit loué de ne pas avoir reculé devant le prix à payer pour pouvoir nous faire grâce !
« Gloire à Dieu dans les lieux très hauts » pour la grâce qu’il nous a témoignée en faisant « naître » à Bethléem « un Sauveur, qui est le Christ, le Seigneur » !

Cela nous révèle d’ailleurs un deuxième trait caractéristique de la « gloire » de Dieu : sa « vérité », sa « fidélité ».
« La parole du SEIGNEUR est droite; toute son oeuvre s’accomplit avec fidélité. » (Ps 33.4)
« Gloire à Dieu dans les lieux très hauts » parce qu’il a tenu parole, comme l’atteste la naissance de son Fils à Bethléem !
« Gloire à Dieu dans les lieux très hauts » parce qu’il ne nous a pas oubliés, mais a envoyé « le Sauveur » comme annoncé dans les prophéties messianiques de l’Ancien Testament !
« Gloire à Dieu dans les lieux très hauts » parce qu’on peut se fier à sa Parole, même quand cela lui coûte ce qu’il a de plus précieux, son Fils unique, son Fils bien-aimé !

Il l’a fait naître « dans la ville de David », d’une humble descendante, pas connue, de David, dans une étable, quasiment dans l’anonymat. Cet effacement, aussi, avait été prédit par les prophéties messianiques : « Il s’est élevé devant lui comme un rejeton, comme une racine qui sort d’une terre assoiffée ; il n’avait ni apparence, ni éclat pour que nous le regardions, et son aspect n’avait rien pour nous attirer. » (Es 53.2)
Ce n’est pas dans le palais royal d’Hérode à Jérusalem qu’est né ce descendant de David – les mages l’y chercheront plus tard en vain – mais dans un cadre infiniment plus humble, comme prédit.
« Gloire à Dieu dans les lieux très hauts ! » Oui, nous ne pourrons jamais lui rendre assez d’honneurs pour toute sa grâce et toute sa fidélité qu’il nous témoigne dans le miracle de Noël. Surtout si on considère ce que la naissance de notre « Sauveur » nous apporte et que le chœur des anges chante dans sa

2ème strophe

« ET, SUR LA TERRE,
PAIX
PARMI LES HUMAINS
EN QUI DIEU PREND PLAISIR ! »

Pour une bonne nouvelle, c’en est une : « Dieu prend plaisir » à nous ! Il ne doit pas être difficile, pourrait-on être tenté de dire. Mais en le disant, nous avons comme un doute… La naissance de Jésus, le fait que le Fils éternel et tout-puissant de Dieu ait passé de l’insignifiante crèche à l’atroce croix, cela ne montre-t-il pas que Dieu ne lésine pas avec ses exigences ? qu’il exige que sa Loi soit pleinement satisfaite ?
Et voilà que les anges – les messagers de Dieu ! – chantent le « plaisir » que Dieu prend en nous ! Mes amis, nous savons que c’est à la venue du Christ dans notre monde que nous le devons. C’est lui qui a fait le nécessaire pour que « Dieu prenne plaisir en nous ». Jésus est né à Bethléem pour pouvoir nous réconcilier avec notre Créateur, pour pouvoir rétablir « la paix » entre Dieu et les pécheurs que nous sommes.

Cette « paix » n’a pas toujours existé entre « la terre » et « les lieux très hauts », entre « les humains » et « Dieu ». Les rapports étaient mauvais, les relations rompues. Et c’est nous, « les humains », qui avons provoqué cette catastrophe avec notre péché.
Au début, Dieu avait créé les humains parfaits, sans péché, pour qu’ils puissent s’épanouir à son service et gérer les affaires du monde, création de Dieu, à la perfection et rien que pour leur bonheur.

Malheureusement, ils n’ont pas mis longtemps pour en faire à leur tête. Au lieu de s’épanouir dans l’amour de Dieu et du prochain, ils se sont enferrés dans l’égoïsme et l’envie. Ils ont voulu « être comme Dieu » (Gn 3.5), et ils se sont lamentablement pris les pieds dans le piège que Satan leur avait tendu. Depuis lors – regardez autour de vous ! – « la chair [la tendance innée au fond de nous] tend à s’ériger en ennemie de Dieu » (Rm 8.7).

Et cet affront – que les créatures rompent la « paix » avec leur Créateur – ce dernier ne peut le laisser passer : ce serait permettre qu’on ternisse sa « gloire » ! Il a donc dû réagir en exécutant le verdict : « Le salaire du péché, c’est la mort » …

« … mais le don de la grâce, le don de Dieu, c’est la vie éternelle en Jésus-Christ, notre Seigneur ! » (Rm 6.23) Heureusement – et c’est là quelque chose que nous ne pouvons pas suffisamment porter au crédit de la « gloire » de Dieu – heureusement, Dieu est aussi bon et plein de grâce.
Ou disons-le autrement : La colère de Dieu ne le rend pas aveugle et buté, comme c’est souvent le cas avec nous. Bien que sa sainte colère s’est enflammée contre notre péché, dans sa grâce et sa bonté il a trouvé un chemin qui lui permette de « prendre plaisir » à nous au lieu de nous punir, un chemin pour pouvoir vivre en « paix » avec nous au lieu de nous combattre.

« Gloire à Dieu dans les lieux très hauts ! » car lui qui n’en avait pas besoin – lui n’était pas en danger – il a pris l’initiative de faire la « paix » pour que nous ne succombions pas dans ce face à face perdu d’avance et ne soyons pas éternellement damnés.
« Gloire à Dieu dans les lieux très hauts ! » car il s’est occupé de trouver le Pacificateur qu’il fallait dans cet affrontement compliqué, et ce, alors que l’humanité ne songe qu’à continuer l’affrontement.
« Gloire à Dieu dans les lieux très hauts ! » car il a lui-même subvenu aux frais du rétablissement de la « paix » : c’est son propre « Fils unique » (Jn 1.14+18 ; 3.16+18 ; Hé 11.17 ; 1 Jn 4.9) qu’il a envoyé en « Prince de la Paix » (Es.9.5). Celui-ci a payé de sa vie et de sa mort le prix de la réconciliation entre Dieu et nous.

En fait, c’est nous qui aurions dû « passer à la caisse », mais Dieu savait que nous n’avions pas de quoi satisfaire ses exigences de sainteté personnelle. Voilà pourquoi il laisse son Fils intervenir en « Médiateur » (1 Tm 2.5) et Pacificateur.
« Gloire à Dieu dans les lieux très hauts ! » car il a permis que son Fils devienne homme « conçu du Saint-Esprit, né de la vierge Marie, » pour pouvoir être notre « Sauveur » (v. 11). Pour cela, il a pris nos péchés sur lui, nous a offert sa sainteté en échange. Voilà comment il se fait que « Dieu prenne plaisir » à nous.

« Gloire à Dieu dans les lieux très hauts ! » car il nous a fait annoncer sa « paix » et le « plaisir » qu’il prend à nous, il nous l’a annoncé quand il a envoyé aux bergers son ange, accompagné de « la multitude de l’armée céleste » (Lc 2.9-14).
Et il continue à nous envoyer ses « anges » nous « annoncer [cette] Bonne Nouvelle d’une grande joie », non pas des anges issus de « la multitude de l’armée céleste », mais des messagers – c’est là le sens du mot ange – issus de « la multitude de l’armée » des prédicateurs et des paroissiens.

« Car Dieu était dans le Christ, réconciliant le monde avec lui-même, sans tenir compte aux humains de leurs fautes, et mettant en nous la parole de la réconciliation. Nous sommes donc ambassadeurs pour le Christ ; c’est Dieu qui encourage par notre entremise ; au nom du Christ, nous supplions : Laissez-vous réconcilier avec Dieu ! » (2 Co 5.19-20)
Ne vous faites pas prier ! Saisissez l’occasion ! « Le Prince de la Paix » est là. Faites-lui confiance ! Saisissez-le par la foi ! Et consolez et réjouissez-vous dans sa « paix » !

« Paix sur la terre ! » C’est ce que tout le monde répète en ces jours, d’ailleurs, un peu à tort et à travers. « Trêve des confiseurs » qu’on l’appelle. Pause pour s’empiffrer, c’est tout ce qu’on voit encore dans la paix de l’enfant de Bethléem. C’est toujours bon à prendre, un arrêt des hostilités dans la parenté, le monde politique, social, voire international.
Mais ce n’est pas cette trêve passagère, bien superficielle et, en fait, trompeuse que « la multitude de l’armée céleste » a chantée. Non, les anges ont célébré une « paix » bien plus profonde, infiniment plus importante, une « paix » éternelle, « la paix qui surpasse toute pensée » (Ph 4.7), la « paix » que l’enfant de la crèche est venu établir entre le saint Créateur et nous, ses créatures pécheresses, une « paix » sous le régime de laquelle « Dieu prend plaisir » à nous, Jésus nous ayant revêtus de sa justice lors de notre Baptême (Ga 3.27)

Nous vivons maintenant avec Dieu dans une alliance de paix éternelle, une alliance où « rien ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu en Jésus-Christ » (Rm 8.38-39)

Tout cela, nous le devons au « Sauveur » , « Christ, le Seigneur », qui « nous est né dans la ville de David » (Lc 2.11) pour être notre « Prince de la Paix » (Es 9.5) !

Aussi chantons de tout cœur avec le chœur des anges :

« Gloire à Dieu
dans les lieux très hauts,
et, sur la terre, paix
parmi les hommes
en qui il prend plaisir ! »

Amen.

Mort d’ATHANASE

Il y a 1640 ans (2.05.373 – 2013) :
Mort d’ATHANASE

al8111_1AthanaseChapellePalatinePalerme.jpg


Athanase d’Alexandrie (295-373),
mosaïque (1130-1140),
Chapelle Palatine, Palerme, Sicile

Dans l’Eglise luthérienne, on a coutume de confesser le Symbole de Nicée-Constantinople au moins tous les jours de fête. Il est plus solennel et plus détaillé que le Symbole apostolique. La raison en est simple, même si son adoption est le résultat d’une lutte compliquée. Celui qui en est l’auteur – en tout cas le porteur et défenseur – principal, c’est Athanase d’Alexandrie.
Il y a 1640 ans mourait ce champion de la foi évangélique. C’est l’occasion d’en apprendre un peu davantage sur son compte. Sa vie et son ministère s’inscrivent dans la controverse les tensions provoquées par l’Arianisme
à propos de la Personne du Christ
La controverse arienne (318-381) qui divisa l’Eglise, tombait mal pour les politiques dont les efforts tendaient à établir l’unité de l’Empire sur l’unité religieuse du christianisme. D’où leur intervention – pour demander à l’Eglise de régler ce problème.

La controverse arienne tournait autour de la question de la divinité du Christ, et plus particulièrement : Est-ce qu’avant son incarnation il était pleinement Dieu ou qu’un demi-dieu ?

1ère phase (318-325)

Arius, adepte d’un ascétisme extrême, était presbytre à Alexandrie (Egypte). Selon lui, la « nature » du Christ serait différente de celle de Dieu. Il serait une créature de Dieu, bien que créature unique et supérieure, créée à partir de rien. Il est appelé « dieu », mais ne le serait pas en réalité.

En 318, Arius et ses adeptes sont excommuniés par un Synode égypto-libyen à Alexandrie. Mais il trouve refuge chez l’évêque Eusèbe de Nicomédie. Il peut même revenir à Alexandrie, et la controverse reprend de plus belle.
En 325, le Premier Concile Œcuménique est convoqué par Constantin le Grand à Nicée en Bithynie (nord de la Turquie actuelle). 250 ou 300 évêques sont présents (dont 5 venus d’Occident). Les partis en présence étaient :
a) les ariens, aussi appelés « Eusébiens », du nom de leur meneur, l’évêque Eusèbe de Nicomédie ;
b) les « origéniens », adeptes d’Origène, avec comme meneur l’évêque Eusèbe de Césarée ;
c) les « orthodoxes » avec Alexandre d’Alexandrie, Marcel d’Ancyre, Hosius de Corduba, les évêques d’Occident. Sur l’injonction de l’empereur Constantin, le Concile adopte une « Confession de Foi ». A une confession du baptême existante, on a rajouté
les précisions anti-ariennes suivantes à propos du Christ :

  « qui n’a pas été fait mais engendré »,

  « né de la substance du Père », « de la même substance que le Père
le rejet d’affirmations ariennes :
« L’Eglise de Dieu sainte et apostolique prononce l’anathème sur ceux qui disent :

  « il fut un temps où il n’a pas existé et il n’exista pas avant de devenir ; ou bien : il a été fait à partir de rien, ou bien encore : il est d’une autre hypostase ou substance ;

  ou enfin : il est une créature, ou différent de Dieu »
Le théologien le plus éminent du Concile de Nicée a été Athanase d’Alexandrie.

2ème phase (325-361)

Le Concile de Nicée avait empêché la théologie de se liquéfier dans des spéculations philosophiques. Mais des trois partis en présence, deux ont continué à s’opposer vigoureusement au « homoousios », en particulier à son « champion », ATHANASE.

Lorsque, après le Concile, Constantin rejoignit le camp des opposants, les « orthodoxes » connurent des temps très difficiles.
En 328 l’arien Eusèbe de Nicomédie fut autorisé à retourner dans son évêché.
En 335 Athanase fut exilé à Trèves (Germanie) ; de même que d’autres « nicéens » (Marcel d’Ancyre, 336).
En 336 Arius fut autorisé à réintégrer son ministère ; il mourut cependant avant d’avoir pu donner suite.
En 337 les trois fils de Constantin – Constantin II (337-340), Constant (337-350) et Constance (337-361) – commencent par rappeler tous les exilés, mais Constance entame tout de suite (dans sa partie de l’Empire, l’Orient) une politique ecclésiale opposée aux décisions du Concile de Nicée.
En 338 Athanase est déposé (comme d’autres « orthodoxes ») et fuit à Rome (chez Constant).
Les ariens reprennent le dessus, bien qu’un Synode de Rome (Jules 1er, évêque de Rome) déclare Athanase et Marcel « orthodoxes » en 340.
En 344, pour des raisons politiques (guerre contre les Perses), Constance cherche la paix intérieure.
En 346 Athanase peut revenir à Alexandrie. Le « homoousios » (consusbstantiel = Christ de même nature que le Père) semble être admis, la concorde rétablie.
Mais en 350, Constance se retrouve seul empereur (aussi en Occident). La lutte recommence.

Le Synode d’Arles (en 353) et le Synode de Milan (en 355) sont forcés par l’empereur de condamner Athanase et de rejeter la vérité biblique du « homoousios ». Les défenseurs décidés de cette vérité biblique sont exilés.
En 356 l’armée donne l’assaut de la cathédrale d’Alexandrie, mais Athanase peut fuir dans le désert.
Loin de rétablir l’unité en chassant les nicéens, les anti-nicéens se divisent en trois partis différents, certains cherchant l’unité en recourant à des compromis : ils proposent de remplacer « homoousios » par « homoïousios », « similitude ».

En 359 les Synodes de Ariminum (aujourd’hui Rimini, Italie) pour l’Occident et de Séleucie (aujourd’hui en Turquie) pour l’Orient furent obligés par Constance d’adopter une position arienne.

3ème phase (361-381)

Après la mort de Constance, la liberté de religion décrétée par Julien l’Apostat (361-363) permet à tous les exilés de rentrer. Il y a encore une fois des temps difficiles sous l’empereur arien Valens ; mais finalement, la foi biblique prend le dessus sur l’arianisme grâce aux trois grands théologiens appelés les « Cappadociens » :
• Basile-le-Grand (mort en 379), métropolite de Césarée de Cappadoce à partir de 370) ;
• Grégoire de Nazianze (mort en 390), ami du précédent, métropolite de Constantinople (380-381) ;

• Grégoire de Nyssa (mort en 394), frère plus jeune de Basile, évêque de Nyssa en Cappadoce.
En 362, le Synode d’Alexandrie distingue entre l’« ousia » – la substance commune au Père, au Fils et au Saint Esprit – et l’« hypostase », leur existence individuelle.
Basile-le-Grand écrit : « L’hypostase est la désignation particulière de l’être de chacun. Il y a donc trois hypostases divines, mais une seule « ousia » ou substance divine. »
Le 2 mai 373, Athanase d’Alexandrie peut quitter ce monde après avoir vu son combat béni par Dieu.

Il aura été métropolite (patriarche) d’Alexandrie de 328 à 373. De ces 45 ans, il aura passé 16 en exil ou en fuite (335-337 ; 338-346 ; 356-361). Mais les souffrances endurées pour sauver la pureté de l’Evangile ne l’ont pas été en vain.
Il a produit des écrits anti-ariens : « Oraison contre les Ariens » ; « Apologie contre les Ariens » ; « Apologie adressée à Constance » ; « Histoire des Ariens… » ; « Des Décrets du Synode de Nicée » ; « De l’Incarnation du Verbe », mais aussi une « Vie d’Antoine ».
Huit ans après la mort d’Athanase, en 381, le Concile de Constantinople confirme et complète la confession de Nicée et condamne toute une série de déviationnistes dont les ariens.

En 382, deux assemblées se tiennent parallèlement : le Concile de Constantinople et le Synode à Rome. Les deux – donc l’Eglise d’Orient et l’Eglise d’Occident – adoptent ce qu’on appelle aujourd’hui
« le Symbole de Nicée-Constantinople » (Symbole de Nicée amendé et complété).

Souffrir avec Jésus

al8109_1atlaspersecution.jpg
Carte des persécutions des chrétiens (Le « printemps » arabe ne profite pas aux chrétiens)

Jn 15.18-21
18 « Si le monde vous déteste, sachez qu’il m’a détesté avant vous.
19 Si vous étiez du monde, le monde vous aimerait car vous seriez à lui. Vous n’êtes pas du monde, mais je vous ai choisi du milieu du monde ; c’est pour cela que le monde vous déteste.
20 Souvenez-vous de la parole que je vous ai dite : « Le serviteur n’est pas plus grand que son seigneur. » S’ils m’ont persécuté, ils vous persécuteront aussi ; s’ils ont gardé ma parole, ils garderont aussi la vôtre.
21 Mais ils vous feront tout cela à cause de moi, parce qu’ils ne connaissent pas celui qui m’a envoyé. »

« L’heure » finale de Jésus « est venue » (Jn 13.1). Elle a été attendue depuis longtemps dans ce quatrième
Evangile. Dans son discours, Jésus attire maintenant l’attention sur quelque chose de nouveau. Pour la première fois, il parle de ce que les disciples vont vivre pendant et après « son heure ».
Dans ce discours d’adieu, Jésus fait des annonces prophétiques et adresse des exhortations à ses disciples. Il leur annonce ce qu’ils vivront dans l’immédiat, puis plus tard, tout en rappelant qui il est et comment ses disciples sont intimement liés à lui.

Jésus ne dit pas qu’il se pourrait qu’ils aient à souffrir, mais qu’ils vont souffrir. En effet, l’hostilité à laquelle les siens sont exposés vient de ce qu’ils font partie intégrante d’une confrontation cosmique bien établie entre Jésus et le monde, parce que le monde ne connaît pas et rejette le Père « qui L’a envoyé » (v. 21).

L’Eglise souffre d’abord à cause de sa connexion au Christ. Augustin d’Hippone (354-430) fait dire à Jésus : « En vous ils me haïront, moi ; en vous ils me persécuteront, moi ; ils ne garderont pas votre parole parce que c’est ma Parole. »
Mais l’Eglise souffre aussi à cause du conflit du monde avec la Trinité. Jean Chrysostome (344-407) dit : « Le Père est aussi insulté en même temps qu’eux, » les croyants.

La Bible, réconfort pour les persécutés en prison

Mc 8.34-38
34 « Puis il appela la foule avec ses disciples et il leur dit : « Si quelqu’un veut être mon disciple, qu’il renonce à lui-même, qu’il se charge de sa croix et qu’il me suive !
35 En effet, celui qui voudra sauver sa vie la perdra, mais celui qui la perdra à cause de moi et de la bonne nouvelle la sauvera.
36 Et que servira-t-il à un homme de gagner le monde entier, s’il perd son âme ?
37 Que donnera un homme en échange de son âme ?
38 En effet, celui qui aura honte de moi et de mes paroles au milieu de cette génération adultère et pécheresse, le Fils de l’homme aura aussi honte de lui quand il viendra dans la gloire de son Père avec les saints anges. » »

Ici, Jésus indique que l’Eglise participe toujours aux souffrances du Christ. Aucun chrétien n’y échappe. Le sort de « l’âme » est en jeu (v. 36).
Quand Jésus nous appelle à « porter la croix » (v. 34) il n’utilise pas une simple image pour parler des problèmes de la vie quotidienne. Si tel était le cas, il ne recourrait pas à la comparaison avec ce terrible instrument de torture avec lequel l’Empire Romain éliminait publiquement ceux qui lui causaient des problèmes politiques et sociaux.

Autrement dit, « suivre Jésus » (v. 34) consiste toujours à porter les conséquences concrètes et terribles du témoignage qu’on lui rend ainsi qu’à sa Parole « au milieu de cette génération adultère et pécheresse » (v. 35+38).
N’oublions pas que ce discours (les versets 34 à 38) fait encore partie de sa réponse à Pierre. Juste avant, Jésus s’entretenait clairement avec ses disciples de sa personne, de son identité :
« « D’après vous, qui suis-je ? » demanda-t-il. Pierre lui répondit : « Tu es le Christ ! » » (v. 29)
Puis Jésus passe insensiblement de sa messianité – « Qui dites-vous que je suis ? » – à la question : C’est quoi, « être mon disciple » ?
Les graves annonces des souffrances doivent être comprises comme étant le lot de ceux qui ont été intégrés par pure grâce comme disciples dans une chaîne, une succession, une communion de souffrances que Dieu a voulues.

La structure de l’Evangile selon Marc lie la destinée de Jésus à celle de Jean-Baptiste (celui qui a été « envoyé devant » Jésus, Mc 1.2), et la destinée des disciples à celle de Jésus.
Jésus ne souffre et ne meurt pas seulement comme Jean-Baptiste ;
il démarre aussi une nouvelle lignée qui va au-delà de sa propre mort (Mc 14.28 ; 16.7).
Notre participation aux souffrances du Christ n’est pas le fait d’une simple imitation de notre part. Notre participation aux souffrances de notre Seigneur ne peut être conçue que comme « un don et un cadeau ». « L’autre partie ne suit que si vous avez Christ comme fondement et bénédiction suprême de votre salut […] : alors vous le prenez en exemple, vous vous offrez au service de votre prochain de la même manière que vous voyez que Christ s’est donné lui-même pour vous » (Martin Luther).
Mais comment se peut-il que l’Eglise puisse avoir part à ce qu’un autre a vécu, aux souffrances de Jésus ?

Voici la réponse du Nouveau Testament : L’Eglise participe au corps chargé de souffrances du Christ à travers les sacrements. C’est « du sang et de l’eau » qui « sortit » du corps du divin Crucifié (Jn 19.34) au moment précis où il posa les fondements de l’Eglise.
« Nous avons été baptisés en sa mort » et en sa résurrection (Rm 6.3-4). « Nous avons tous été baptisés en un seul corps » (1 Co 12.13) et avons part à ce corps souffrant, mort et ressuscité, bien que « nous soyons nombreux » (1 Co 10.16-17).

Le professeur Bustamante a continué avec les parties suivantes :
• Souffrir en tant qu’« enfant » du Seigneur (Hé 12.4-11)
• Les souffrances comme partie des malheurs des derniers temps (Mc 13.4-13 et 24-27 ; 1 P 4.12-19 ; Ap 12.1-17. – La Rédaction.

Les 2 natures du Christ

al8015_1Croix.jpg

La Bible nous révèle que Jésus est vrai Dieu quand
• elle l’appelle Dieu (Hé 1.8 ; 1Jn 5.20),
• elle lui attribue des qualités divines :

  l’éternité (Hé 13.8) ;

  la toute-puissance (Mt 28.18) ;

  l’omniscience (Jn 21.17) ;

  l’omniprésence (Mt 28.20) ;
• elle lui attribue des œuvres divine :

  la création et la préservation du monde (Jn 1.3 ; Hé 1.3) ;

  le pouvoir de pardonner en son nom propre (Mt 9.6) ;

  le Jugement Dernier (Jn 5.27) 😉
• elle lui confère des honneurs divins :

  l’adoration (Jn 5.23 ; Ph 2.9 ; Hé 1.6).
Mais la Bible dit aussi que Jésus est vrai homme.
• Il est appelé homme (Jn 8.40 ; 1Tm 2.5) ;
• Il a un corps et une âme (Hé 2.14) ;
• Il a connu une vie normale :

  est né d’une femme (Mt 1.20-21 ; Lc 2.6-7 ; Ga 4.4),

  a grandi (Lc 2.42+52)

  est mort (Mt 27.50 ; Jn 19.30).
• Il avait les besoins naturels de tout homme :

  se nourrir et boire (Mc 11.12 ; Jn 23.46),

  récupérer de la fatigue (Jn 4.6)
• et a eu des émotions humaines (Lc 22.44) au point de pleurer à l’occasion (Jn 11.35).

Depuis sa conception par le Saint-Esprit en la vierge Marie (Mt 1.18-20), il est toujours à la fois Dieu et homme, même si, durant son séjour visible sur terre dans l’abaissement, il a renoncé la plupart du temps à se servir de ses pouvoirs divins et a vécu « comme un simple homme » (Ph 2.7).
Cette union sans mélange des deux natures dans la personne du Christ (Col 2.9) est évidemment un grand mystère (1 Tm 3.16). Sa nature divine s’est si intimement unie à sa nature humaine qu’il y a communion entre les deux et que sa nature humaine partage ses pouvoirs divins.
Il devait être vrai homme pour se substituer à nous devant le tribunal de Dieu (Ga 4.4-5). Il devait aussi être vrai Dieu pour que son sacrifice ait une valeur universelle et être en mesure de vaincre Satan (Mc 10.45 ; Hé 2.14).

Il y a des vérités, si nous savons en parler, c’est que nous répétons, avec humilité et confiance, ce que Dieu nous en dit dans la Bible. Nous ne pouvons pas pour autant les comprendre avec notre raison. Cela dépasse notre entendement, cela ne correspond pas aux lois de la nature qui régissent notre environnement.

Regardez les deux illustrations de cette page. Elles datent du 12ème siècle, d’un temps où la plupart des gens ne savaient pas lire, où l’ont essayait de prêcher par l’image. Ainsi, la cathédrale normande de Monreale en Sicile est couverte de mosaïques qui racontent 42 épisodes de l’Ancien et du Nouveau Testament (130 panneaux couvrant 6340 m2, plus qu’à Ravenne !). Mais au-dessus du chœur se trouve la mosaïque du Christ « Pantocrator » (= tout-puissant).

Comment le fils de Marie pouvait-il affirmer que « tout pouvoir lui était donné dans le ciel et sur la terre » (Mt 28.18) ? Parce que dans sa personne se trouvent unies sa nature divine et sa nature humaine.
Regardez la mosaïque : les deux doigts du hauts indiquent que le Christ est à la fois « vrai Dieu, né du Père de toute éternité, et vrai homme, né de la vierge Marie » (Luther, Petit Catéchisme). Quant aux trois autres, ils renvoient à la doctrine de la Trinité (Dieu en trois Personnes).Nous en avons parlé dans notre numéro 70.

Conférence Luthérienne Européenne 2014 à l’horizon

al8020_1ComiteELC.jpg

Les Pasteurs Pahlen, Samiec et Haessig

Lors de sa réunion, les 9 et 10 avril dans les locaux de l’Eglise Evangélique Luthérienne Indépendante à Essen (Allemagne), le Comité directeur de l’ELC – les PP. Haessig (France), Pahlen (Allemagne) et Samiec (Royaume-Uni) – ont préparé la conférence de 2014. Elle se tiendra
du 22 au 25 mai 2014
à Bleckmar (Allemagne).
La Conférence Luthérienne Européenne réunit tous les deux ans des délégués (moitié laïcs, moitié pasteurs) des Eglises luthériennes confessionnelles d’Europe.
Ces dix dernières années elles se sont tenues en France, au Portugal, Danemark, Royaume-Uni et en Belgique. Mais des Eglises aussi lointaines que celles du Kazakhstan et du Kirghizstan y apparaissent.

Après avoir visité différentes institutions dans la ville de Essen (Ruhr), pour voir si la conférence pouvait s’y tenir, le comité directeur s’est prononcé pour la Maison de la Mission à Bleckmar, en Basse-Saxe (Allemagne).
Thème : « Vivre dans un monde œcuménique »
Travaux présentés :
• « Qu’est-ce qui fait de notre Eglise une Eglise ? » (EELB, Belgique)
• « Comment, en conséquence, notre Eglise considère-t-elle les autres groupes qui s’appellent Eglise, et quelle est son attitude à leur égard ? » (SELK, Allemagne)
• « Quelles sont les problématiques auxquelles nos membres sont confrontés ? » Comme exemples ont été évoqués mariages et

bénédiction nuptiales, parrainage lors des Baptêmes, exceptions à la communion close, prière lors d’événements de la cité, attitude ecclésiale lors de catastrophes ou de grandes crises, prière individuelle avec une personne qui n’est pas en communion avec nous, etc.) Ce travail sera présenté par un représentant soit de la France, soit du Royaume-Uni : cela dépendra de qui dirigera l’étude biblique.
• « L’Epître aux Ephésiens » en 6 études bibliques. Les questions pour chaque séance auront été envoyées au préalable aux délégués de l’ELC pour qu’ils puissent s’y préparer et alimenter l’échange sur le texte biblique. Son présentateur sera soit le Président Roger Jones (France), soit le Prof. Reginald Quirk (Royaume-Uni).

De l’espace pour les gens sans repères et les déracinés

al8006_4DieBrucke-LePont.jpg

Les pieds ont besoin d’espace ou pour pouvoir se tenir debout. Les pieds ont besoin d’un chemin sur lequel ils peuvent marcher. Les pieds ont un chemin par lequel ils sont venus.
Les pieds ont besoin d’espace :
Il arrive que quelqu’un se rapproche trop de moi, qu’il me marche sur les pieds. Alors je lui dis : « Fais-moi de la place ; tu me prends mon espace vital ! »
Mais que se passe-t-il si mon mode de vie n’est plus adapté à ma famille, à mes amis ou à mon pays.
C’est ce que ressentent beaucoup de personnes originaires d’Iran ou d’autres pays musulmans. Nous avons appris à les connaitre. A cause de leur foi ou à cause de leur point de vue politique, ils ont perdu l’espace où ils peuvent se tenir debout. Ils n’ont plus de patrie !
C’est pour cette raison qu’ils se sont mis en route et sont arrivés en Allemagne. Mais souvent, ici également, ils ne trouvent pas d’espace pour leurs pieds.
D’abord, parce qu’ils ne connaissent pas la langue et la culture de leur pays d’accueil.
Ensuite parce qu’ils n’ont pas le droit de travailler ici.
Enfin parce qu’ils doivent souvent séjourner longtemps dans des résidences d’accueil avant de pouvoir effectuer une démarche d’intégration.
Mais il n’y a pas que les immigrés à ne pas trouver de chemin et d’espace pour poser leurs pieds.

Des Allemands également se trouvent souvent repoussés au bord de la société. Ils ont perdu leur travail, car ils sont trop vieux, car ils n’ont plus d’atomes crochus à leur lieu de travail, ou car le poste à été supprimé. D’autres sont rejetés, délaissés ou séparés de leur propre famille.
Il y a beaucoup d’enfants sans vrai parents, et beaucoup de familles monoparentales qui ne parviennent plus à maitriser la situation. De ce fait de plus en plus d’enfants ne sont plus intégrables dans la société « normale ». Ils ne parviennent pas à se concentrer à l’école et sont très rapidement déclassés dans des sections d’adaptation.
Dans notre travail missionnaire en Allemagne, nous nous sommes concentrés sur ces personnes en marge de la société
• dans la paroisse missionnaire de Berlin-Marzahn ;
• parmi les immigres en Saxe, à Leipzig et environs ;
• et parmi les enfants dans la partie Est de Leipzig

Ce que nous proposons aux personnes, ce n’est pas du travail, un passeport allemand ou une meilleure position dans la société. Nous pouvons seulement montrer à ces personnes qui « n’ont ici-bas pas de cité permanente » qu’il en existe une éternelle (Hé.13.14)
Nous pouvons leur montrer qu’il existe un Père céleste qui les aime et les accepte tels qu’ils sont et que de ce fait ils ont une patrie céleste.

Notre travail àBERLIN-MARZAHN

La paroisse de L’Eglise Evangélique Luthérienne Indépendante à Berlin-Marzahn n’a que 12 ans. A l’époque, notre activité missionnaire se concentrait particulièrement sur le secteur missionnaire à l’est de l’Allemagne. Marzahn se trouve dans l’ancienne Allemange de l’Est sous régime communiste de la fin de la guerre (1945) à 1989. Marzahn appartenait et appartient toujours à ces régions de l’ancienne Allemagne où habitent peu de chrétiens. Ce sont des personnes qui, depuis longtemps, n’ont plus eu de contact avec le christianisme et avec l’église.
De telles personnes sont en complet désaccord avec l’église, le christianisme, et la foi.

Permettez-moi de vous en donner une petite illustration.
al8005_1Protee.jpg

Le Protée, aussi appelé salamandre blanche, est un drôle de petit animal qui vit dans des grottes. Comme on peut le reconnaître sur la photo, il a des yeux. Ces yeux ne peuvent par contre pas voir. Ceci provient du fait que le Protée a oublié de voir au cours des années.
Permettez-moi de vous présenter une autre espèce « Homo Sapiens areligiorus Berliensis » (l’homo sapiens areligieux berlinois).
Avec lui c’est pareil que pour le Protée. Il a oublié qu’il existe quelque chose comme un Dieu. Il ne peut plus croire. De ce fait il a perdu ses antennes religieuses.
Une telle personne considère une discussion sur la foi comme extraterrestre. Pendant un culte, il comprend chaque mot mais pas les phrases. Lorsqu’une telle personne vient en contact avec des chrétiens et avec l’église c’est comme si on exposait un Protée à la lumière du jour. Il trouve la lumière et les couleurs étranges, incompréhensibles et inquiétantes.

Et pourtant il arrive que de telles personnes demandent après Dieu de manière toute différente, toute nouvelle. Ces personnes ont un avantage sur les chrétiens : Ils peuvent encore s’étonner. Cela se vérifie avec les questions qu’ils posent :
« La foi, dites moi donc comment ça fonctionne ! »
« Prier, au fait, comment faut-il faire ? »
Mais avant que de telles discussions soient possibles il faut des interactions. Ce qui veut dire que des personnes doivent trouver le chemin de l’église. Ou ils doivent rencontrer des chrétiens pour que de telles discussions puissent avoir lieu.
A Berlin-Marzahn nous avons trouvé ce chemin à travers un merveilleux projet de service social. A Berlin-Marzahn vivent beaucoup de familles socialement faibles. Souvent, ces familles ne peuvent pas survivre avec l’aide des seules prestations sociales. Elles ont besoin d’un petit coup de pouce.

D’un autre coté notre économie de marché fonctionne sur le principe d’avoir plus d’aliments dans les rayons que nécessaire. Ces denrées alimentaires sont détruites juste avant la date limite de consommation.
Certains faits choquent mais chaque deuxième banane, pomme de terre ou salade produite est destinée à la poubelle. Nous essayons de limiter un peu ce gâchis monstrueux. L’excédent des uns nous permet de donner le coup de pouce à d’autres.
Naturellement c’est une entreprise audacieuse et complexe que de
réintroduire dans le circuit de consommation des denrées alimentaires rejetées par les marchés.
Nous disposons pour cela de 2 camions frigorifiques et d’environ 50 collaborateurs bénévoles. Ces collaborateurs collectent, trient et redistribuent les denrées.

Entre temps le projet à pris une telle ampleur que deux fois par semaine des dons alimentaires sont distribués à 150 familles.
Naturellement le contact quotidien avec les collaborateurs bénévoles est d’une grande importance.
La distribution des denrées alimentaires offre beaucoup d’occasions de discussions. Il y a également un groupe d’enfants qui réunit jusqu’à 20 jeunes. Ces enfants sont également invités 3 fois par an à des week-ends pour jeunes ou à d’autres manifestations. De cette manière il y a toujours une occasion pour témoigner de l’évangile de Jésus Christ.

Moi même j’ai repris ce travail fin 2009 en tant que responsable intérimaire car le poste était vacant. Maintenant enfin un successeur été trouvé pour printemps 2014 en la personne du Pasteur Kirsten Schröter. Nous nous réjouissons de son arrivée et lui souhaitons la bénédiction de Dieu pour ce travail crucial.

Le travail parmi LES IMMIGRES en Saxe (Leipzig et environs)

Les pieds ont besoins d’un chemin à parcourir. Depuis 2006 mon travail principal se fait parmi les immigrés à Leipzig.
Nous ne pouvons promettre aux immigrés ni travail ni autorisation de séjour en Allemagne. Nous pouvons par contre leur montrer le chemin sur lequel Jésus nous a conduits. Ce chemin n’est pas limité dans l’espace ou dans le temps. C’est le chemin qui mène à Dieu et de ce fait conduit à un espace et une liberté éternels.
Et pourtant nous voulons et nous devons accompagner ces personnes un bout de notre chemin commun sur terre. Nous pouvons autant que possible faciliter leur intégration en Allemagne et dans notre paroisse.

Celui qui se met en route pour aider ces personnes aide à porter une lourde charge.
Il est difficile de les accompagner, car ces nouveaux Européens viennent d’un tout autre monde. Ils ont une histoire et un long chemin derrière eux.
Il est difficile de les accompagner, car nous aussi nous avons notre histoire et nos antécédents.
On peut dire : Deux mondes se rencontrent. Le monde des immigrés et notre monde. Ces deux mondes se font face et s’opposent. Ils se trouvent entre le marteau et l’enclume. En persan on dit : « Deux montagnes ne se rencontrent pas, mais deux personnes, oui. »
Dans ces conditions, des mots tels que adaptation, assimilation, tolérance, renoncer, ne sont pas adaptés.
Malgré les grandes différences, il existe un chemin. Quelque chose de nouveau peu naitre. Nous voulons oser prendre ce chemin. Nous le pouvons car Jésus nous à donné le chemin commun. Nous connaissons le but ultime ; nous avons le même Maitre ; nous pouvons donc y aller et nous engager sur ce chemin.
Le travail à Leipzig est un petit aperçu du travail avec les immigrés venus principalement d’Iran.

« Je m’appelle Khosrow (à gauche). Il y à 2 ans, j’ai fui l’Iran. J’ai d’abord pris un itinéraire terrestre. Pour finir, j’ai rejoint l’Italie à partir de la Grèce sur un bateau pneumatique. Pendant cette traversée, deux personnes sont mortes.
J’ai 19 ans et ma dernière négociation au tribunal en vue de mon admission en Allemagne est restée sans succès. Je suis donc toléré, mais je n’ai pas le droit de travailler en Allemagne ou de suivre une formation. »

« Je m’appelle Massoud. En fait je suis Kurde, mais je parle couramment le persan. J’ai déjà été baptisé dans le nord de l’Irak. De ce fait, il m’était impossible de rester vivre en Irak comme, d’ailleurs, en Iran. Le même jour que Khosrow, j’ai dû répondre aux
mêmes questions de la Commission d’Immigration. Nous devions également tous les deux chanter une chanson au tribunal. Moi, ils m’ont cru, Khosrow non… Allez comprendre ! J’ai maintenant une autorisation de séjour, lui pas. Personne ne comprend les argumentations. »

« Je m’appelle Thomas Beneke . J’ai terminé mon premier examen Théologique en octobre 2012. Je suis maintenant vicaire à Leipzig et à Berlin. »
« Je m’appelle Hugo Gevers. Je suis né en Afrique du Sud et je suis missionnaire en Allemagne parmi les immigrés et autres populations depuis 2006. »
« Je m’appelle Rezar Habili. et je suis un des nombreux collaborateurs bénévoles de ce projet missionnaire. Le plus souvent je réalise les traductions au centre d’accueil de réfugiés d’Elbisbach (près de Leipzig). Thomas et moi voulons vous expliquer comment nous effectuons un bout de chemin avec beaucoup de personnes différentes. »
Deux fois par semaine nous nous rencontrons à Leipzig, à Elbisbach et à Grimma. Là nous enseignons, conduisons des études bibliques et traitons de thèmes sociaux. L’instruction est faite à l’aide du catéchisme de Martin Luther ou en rapport avec des questions thématiques.

L’étude biblique tient compte du calendrier de l’église, et les thèmes sociaux nous sont fournis par l’actualité ou les problèmes administratifs ou judiciaires que nous rencontrons.
Bien sûr tout doit encore être traduit en persan ou en arabe.
Une bonne relation avec la direction du centre d’hébergement des immigrés (à droite) et avec tous ses résidents est primordiale.

La directrice de l’établissement organise des groupes de travaux manuels avec nos collaborateurs et les habitants du village. Précisément, ce type de rencontre aide les immigrés à se sentir à l’aise et à apprendre l’allemand.
Deux collaborateurs bénévoles nous aident également en assurant un cours de langue (l’allemand) à Leipzig et une fois par semaine un bénévole se déplace à Elbisbach pour y proposer la même chose.
Depuis 2006 notre bureau à Leipzig s’appelle « Die Brücke » (le pont). Ce sigle s’explique par lui-même. Nous voulons construire des ponts entre les hommes. Mais en fin de compte nous voulons annoncer à ces personnes le chemin vers Jésus. Lui seul est le pont entre les hommes et Dieu.
Le panneau au bas de la page précédente essaye de représenter tout cela. L’artiste, Thomas Beneke, s’est inspiré de 2Co 5.19 : « Dieu était en Christ : il réconciliait le monde avec lui-même en ne chargeant pas les hommes de leurs fautes, et il a mis en nous la Parole de la réconciliation. Nous sommes donc des ambassadeurs pour Christ, comme si Dieu adressait par nous son appel. Nous supplions au nom de Christ : « Soyez réconciliés avec Dieu ! » »
En aout 2012 nous avons déménagé dans une autre partie de la ville de Leipzig, dans le quartier de Volkmarsdorf. 50% des habitants sont des immigrés. Il y a aussi beaucoup de chômeurs.
Le nouveau bureau « Die Brücke » est situé exactement en face de l’église St-Luc. Depuis 20 ans cette église n’est presque plus utilisée pour des cultes.

Travail avec les enfants

al8007_2GroupeEnfants.jpg

En collaboration avec la paroisse luthérienne de la Ste-Trinité de Leipzig et de notre église sœur aux Etats-Unis nous voulons annoncer l’Evangile de Jésus Christ dans l’église St-Luc et dans ses environs.

Nous avons organisé une fête pour l’inauguration de «Die Brücke »
Depuis lors, beaucoup de jeunes et d’enfants nous rendent visite dans nos locaux. Nous rencontrons ces jeunes chaque lundi. En plus nous animons deux fois par mois un groupe de petits enfants et une fois par mois une rencontre de jeunes avec les jeunes de la paroisse luthérienne de la Ste-Trinité.
Khosrow et Arash sont d’un grand secours. Ils aident tous les deux à nous occuper des enfants ; ils aident aussi à préparer les repas. Khosrow et Arash on un cœur pour ces enfants car ils ont remarqué que ces enfant sont comme eux : sans patrie.

Oui, les enfants avec lesquels nous travaillons viennent de situations
difficiles et n’ont souvent pas vraiment de « chez soi » dans leur propre famille. Il n’y a pas que les immigrés à être rejetés à la périphérie de la société comme de la fausse monnaie, ces
enfants ne trouvent pas non lus de vraie place à l’école ou dans les services sociaux. Eux ont également besoin d’un espace, d’un chemin où ils peuvent vivre et marcher.
Nous ne savons pas toujours comment nous y prendre avec ces enfants. C’est un risque. C’est douloureux. Ça coûte beaucoup de temps et beaucoup de larmes

Nous savons seulement que Dieu cherche celui qui est perdu. La parabole du fils perdu (Lc 15.11-24) nous aide. Le père ne l’aime pas seulement parce qu’il revient, il l’a aussi aimé pendant qu’il s’était détourné de lui.
Les enfants sont d’une importance vitale. Si nous ne nous occupons pas d’eux maintenant nous le payerons d’une manière ou d’une autre plus tard. Mais le plus important, c’est que les enfants sont encore ouverts pour l’Evangile.

Dieu a encore déposée une autre tâche à nos pieds. A Grimma, la direction du centre appelle au secours. Ils ont 30 enfants au centre ; la plupart sont des réfugiés arrivés récemment. Dans le centre il n’y a pas de jouets ou d’autres objets dont les enfants ont besoin. Amar (sur la photo est déjà en Allemagne depuis plus longtemps. Il a 6 ans et c’est notre traducteur !

De l’espace …

Mais avec beaucoup de travaux de bricolage le langage des gestes est suffisant.
Dans ce centre nous avons maintenant accès à un local non chauffé. Nous apportons un matelas ou des couvertures que nous étalons sur le sol. Les enfants acceptent tout avec reconnaissance. C’est un vrai plaisir de travailler avec eux.
Maintenant nous avons trouvé d’autres mains pour nous aider. Le 3 avril le

Chris Ahlmann est arrivé à Leipzig avec sa famille. Ils viennent de l’Eglise Luthérienne – Synode du Missouri (ESA). Chris Ahlmann est diplômé en musique et en théologie. La moitié de son temps est dédié à la coordination du nouveau projet autour de l’église St-Luc. Nous sommes impatients sur ce que Dieu a prévu avec nous tous.

Hugo Gevers

La Conférence Mondiale des séminaires

Du 8 au 11 août 2013 les Eglises du Conseil Luthérien International ont envoyé les délégués de leurs séminaires (ou de leur commission de la formation théologique) en Lituanie à cette Conférence Mondiale des Séminaires qui se réunit tous les trois ans.
Là, elle a été hébergée dans le tout nouveau centre paroissial de la Paroisse Luthérienne de Palanga, ville de moins de 18 000 habitants, sur la côte de la Mer Baltique.
L’Eglise Evangélique Luthérienne – Synode de France y était représentée par le soussigné, membre de sa Commission d’Etudes et d’Examens.

« Souffrances, persécutions et martyre comme signes distinctifs de l’Eglise »

tel était le thème cette fois-ci. Ce sujet a été présenté par différents conférenciers, du point de vue de l’histoire de l’Eglise, du point de vue exégétique (étude de textes bibliques), du point de vue confessionnel (dogmatique) et du point de vue du vécu pratique.
L’Européen de l’Ouest ne se sentait pas, de prime abord, trop concerné, si ce n’est en pensant aux lycéens et étudiants qui connaissent une certaine forme de « martyre », lorsqu’il s’agit de vivre sa foi et d’en supporter les conséquences dans un environnement hostile.

Par contre, les Européens de l’Est, pour leur passé récent, et certains Asiatiques et Africains ont montré par leurs témoignages que le thème était des plus actuels pour eux et qu’ils devaient prévoir
dans la formation de leurs futurs pasteurs une préparation au martyre. On oublie trop souvent qu’au 20ème siècle il y a eu plus de chrétiens morts pour leur foi que durant l’ensemble des dix-neuf siècles précédents.

Mais cette conférence a aussi donné l’occasion à de nombreux entretiens durant les pauses et les repas. Cela renouvelle et approfondit d’anciens liens, en crée de nouveaux et enrichit sa propre façon de voir les choses et d’accomplir ses tâches au retour dans son Eglise.
L’Eglise Ev. Luth. en Lituanie
Avant la Seconde Guerre Mondiale, elle comptait 120 000 membres dans 80 paroisses desservies par 72 pasteurs. Avec la guerre et l’occupation russe (1940-1990), beaucoup de luthériens ont émigré, les églises furent fermées, affectées à d’autres usages ou détruites. Avec l’indépendance de la Lituanie (1990) ses anciens édifices ont été progressivement rendus à l’Eglise. Elle

al8115_2CMS_PalangaSalles_Presbytere1.jpg
Centre paroissial de Palanga

a ouvert le Département de Théologie Evangélique en relation avec l’Université de Klaipeda et a pu se doter d’un centre et d’un orphelinat grâce à l’aide d’Eglises de l’Ouest.

L’Eglise Luthérienne d’Istanbul

al8118_3ELI_Culte.jpg

Le premier pasteur luthérien fut envoyé à Constantinople en 1709. Il venait de Suède.
En 1741, le Parlement suédois organisa une collecte pour un projet de construction d’une église. L’argent vint aussi d’Allemagne et de Finlande. En 1748, une chapelle fut construite dans le jardin de l’Ambassade de Suède à Constantinople. Mais en 1884, l’Etat suédois cessa de payer le pasteur desservant la chapelle.
Pourtant, elle servit de lieu de culte pour la Communauté Protestante Grecque d’Istanbul jusqu’en 1960. Après cela, différentes églises protestantes s’y réunirent.

A partir de 1970, des chrétiens finlandais résidant à Istanbul se sont efforcés d’apporter l’Evangile aux gens de la ville. Nous étions le seul groupe luthérien parmi les chrétiens en nombre toujours croissant venant de différents pays et travaillant pour différentes sociétés.
Durant près de 30 ans, ces efforts se sont faits sans qu’il y ait eu un projet clair pour une vie cultuelle luthérienne. Il y avait des réunions en famille et quelques rares conversions et baptêmes.
Ce n’est qu’en automne 1999 que la chapelle mentionnée plus haut fut louée par des Finlandais pour y organiser des cultes. C’est qu’on avait acquis une vision plus claire de la missiologie luthérienne.
Au fur et à mesure que le nombre de membres parlant le turc a augmenté, la langue turque a progressivement remplacé le finlandais dans les cultes et les sermons.
L’assemblée constituante de l’Eglise s’est tenue en mars 2003. Elle a adopté le nom Istanbul Luteryen Kilisesi,
Eglise Luthérienne d’Istanbul

L’Eglise Luthérienne d’Istanbul a déposé sa demande d’enregistrement auprès des autorités turques en décembre 2004. Mais malgré de nombreuses réformes dues au processus de rapprochement à l’Union Européenne, la législation turque ne définit pas clairement le statut d’une Eglise. Elle peut mener sa vie d’Eglise et remplir les exigences requises par la loi, mais nous nous battons toujours pour avoir un statut légal mieux défini.
L’Eglise Luthérienne d’Istanbul a comme fondement la Parole de Dieu. Au milieu des interprétations et confessions de foi innombrables.

Nous confessons avec fidélité la forme évangélique de la foi telle qu’elle est présentée dans « le Livre de Concorde » de l’Eglise Evangélique Luthérienne.
En 2012, le Petit et le Grand Catéchisme de Martin Luther, ainsi que la Confession d’Augsbourg, ont été traduits en turc. La traduction du reste du « Livre de Concorde » va suivre.

Jusqu’alors le lieu de culte était la vieille chapelle citée plus haut, située dans le jardin du Consulat de Suède. Mais elle n’avait que 40 places assises.

Depuis 2008 nous louons une église arménienne, vieille de cent ans : la paroisse arménienne n’existe plus. Elle se trouve au centre de la ville est peut contenir bien plus de personnes que la chapelle.
Depuis quelques années, nous travaillons aussi parmi des personnes de langue turque en Bulgarie. Une Eglise luthérienne de langue turque y est née. Ses liens avec l’Eglise d’Istanbul sont très forts.
Là-bas nous avons un pasteur qui dessert la paroisse dans la ville de Peshtera. Il est aussi très actif dans l’évangélisation de villages du voisinage.

Une troisième paroisse a été fondée en 2012 dans la ville turque d’Izmir, l’ancienne Smyrne. Un pasteur finlandais y réside et la dessert.
En 2012 l’Eglise Luthérienne d’Istanbul était composée de 3 paroisses et de 2 postes annexes. Elle a environ 150 membres baptisés et se projette avec confiance dans l’avenir pour annoncer avec fidélité l’Evangile, pour le salut des gens qui parlent le turc.
A Dieu seul soit la gloire !
Ville Typpö

al8119_1TyppoVille.jpg

Note : Si vous avez besoin de littérature chrétienne à donner à des amis ou connaissances, vous pouvez la trouver sur www.luteryenkilisesi.org ou sur www.elrim.org .

Les camps d’été de « Mission et Jeunesse »

Le Camp des Cadets
(8-13 ans)

Le camp s’est déroulé du 7 au 27 juillet, à Rothbach (Bas-Rhin) sous la direction de Jérémy Haessig, assisté d’une demi-douzaine de moniteurs et monitrices. L’animation spirituelle a été faite par Rachel Fortmann autour de « l’Evangile de Marc ».
Une particularité de cette année aura été la découverte de la Maison de Retraite de La Petite Pierre et les rencontres avec ses pensionnaires, deux mondes bien distincts, surtout lorsqu’on songe à l’enfance des uns et à celle des autres.

La première fois, c’était, le 14 juillet, lors du culte à la Maison de Retraite. La seconde fois, 18 pensionnaires (avec leurs d’accompagnateurs) sont venus manger au camp et passer un après-midi à répondre aux questions que les enfants avaient préparées par écrit à l’avance. Mais les personnes âgées en ont aussi profité pour poser leurs questions aux enfants.

Un autre culte particulier – mais traditionnel chaque année – aura été celui du dimanche suivant, lors de la Journée des parents. Ce culte aussi a été animé par les chants, mais aussi par des sketches des petits campeurs. Le Pasteur Philippe Volff y a délivré le message.

Le Camp des Juniors
(14-17 ans

)

s’est déroulé un peu à l’écart sur un camping « Les Blanchons » à Prunières (Hautes-Alpes) sous la direction de Victorien Bierg et d’une équipe d’encadrants. L’animation spirituelle a été faite par le Pasteur Martin Jautzy sur le thème « paroles d’hommes et Parole de Dieu ».
Le deuxième culte, préparé, animé et décoré par la petite vingtaine de colons, avait la particularité d’être dirigé vers l’extérieur.
Sur les personnes présentes au camping douze ont trouvé le chemin jusqu’à l’église à ciel ouvert de ce jour. A d’autres, le pasteur a pu leur annoncer l’Evangile en aparté.

Le thème du culte était la résurrection sur la base de celle de Lazare et de celle du fils prodigue. Ci-contre l’affiche d’accueil réalisée par Rosine et Marie

al8114_2InvitationAuCulte.jpg

Merci aux bénévoles des deux camps qui organisent de si belles vacances à nos jeunes !

Voici un lien vers l’association MetJ